Divers

Un point sur le post-brexit

Suite à un référendum intervenu en Grande-Bretagne le 23 juin 2016, le peuple souverain britannique a souhaité à une majorité de 51,9 % le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le Royaume-Uni et l’Union européenne ont procédé ensemble à l’élaboration d’un accord qui organisera le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. C’est cet accord qui est appelé le brexit.

La transition du brexit


Le brexit prévoit le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne à la date du 31 janvier 2020. À partir de cette date démarre une période de transition pour permettre aux entreprises, aux administrations de se préparer pour les conséquences éventuelles de ce retrait. Elle est prévue pour arriver à expiration le 31 décembre 2020. À partir du 1er janvier 2021, c’est désormais un nouvel accord de partenariat économique qui liera le Royaume-Uni à l’Union européenne. Cet accord a été élaboré au cours de la période de transition qui a duré du 31 janvier 2020 au 30 décembre 2020.

Que peut-on retenir de façon sommaire sur le nouvel accord post-brexit ?


Depuis le 1er janvier 2021,l’accès au marché de l’emploi britannique deviendra plus difficile aux Européens. Désormais, tout ressortissant européen qui voudrait séjourner plus de 6 mois au Royaume-Uni doit détenir un visa pour résident. En plus, il faudrait avoir une promesse d’embauche avec un salaire annuel minimal de 28 600 euros. Les chercheurs, les étudiants qui désirent émigrer vers le Royaume uni ne sont pas visés par ces nouvelles obligations.
Concernant la protection des données à caractère personnel, le nouvel accord prévoit que le règlement européen continuera d’être appliqué jusqu’au 1er juillet 2021. À partir de cette date, les Britanniques disposeront de leurs propres règles de confidentialité et de protection des données à caractère personnel.

Les insuffisances de l’accord post-brexit


Pour l’instant le post brexit ne prend pas en compte les services. Aucune nouvelle disposition n’a été prise concernant les services financiers entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.
Un autre problème qui se point à l’horizon avec le post-brexit est le sort de la main-d’œuvre européenne au Royaume-Uni. Malgré l’existence d’une procédure accélérée de délivrance de visa, l’on est en mesure de se demander comment le Royaume-Uni fera pour trouver une main-d’œuvre pour les besoins dans le secteur de santé.