Divers

Les dessous de la fabrication du vaccin BioNTech / Pfizer

C’est au couple de chercheurs Ozlem Tureci et Ugru Sahin que nous devons l’idée du lancement de la recherche du vaccin qui deviendra le premier à avoir été autorisé et administré pour la lutte contre le covid-19. Voici comment ce couple a mené cette course défi pour qu’aujourd’hui des milliers de personnes soient vaccinées contre le coronavirus.

Le début de l’aventure


C’est un matin d’hiver de l’année 2020, le 20 janvier que le couple de chercheurs Ozlem Tureci et Ugru Sahin découvre dans les journaux qu’il y a un nouveau virus qui sévit en Chine. Le couple de scientifiques a très tôt perçu que la propagation de ce virus se transformera en pandémie Il a donc décidé de se lancer sans plus attendre dans la recherche d’un vaccin à ce virus. Ce projet de recherche a été dénommé par le couple de chercheurs, opération « vitesse de lumière ».
Le couple a alors décidé d’arrêter les recherches sur le cancer et d’orienter les ressources de leur entreprise vers la recherche de vaccins contre le covid.

L’opération « vitesse de la lumière »


Quatre jours après cette prise de décision le premier cas de contamination de coronavirus a été signalé en Allemagne. Non loin du siège de BioNTech la société allemande de fabrication de verres Schott met les bouchées doubles pour augmenter sa production en flacons et seringues pour les recherches et la production de vaccins par la société BioNTechn. La société Schott est spécialisée dans la fabrication de verre en borosilicate. Ce type de verre a la particularité de présenter une résistance à des températures extrêmement basses ou très élevées. Les flacons, tubes et matériels de laboratoire et médical conçus en borosilicate peuvent contenir des substances d’une température de -80 degrés ou encore d’une température de 500 degrés.
Le transport et la logistique pharmaceutique est assurée par la compagnie de transport Lufthansa cargo qui s’est apprêtée à cet effet pour pouvoir acheminer vers différents points du monde entier des millions de doses de vaccins.
La société Binder quant à elle s’est chargée d’assurer la congélation des doses de vaccins en respectant les contraintes de température très basse qu’impose la conservation de ces vaccins.