Divers

La distribution du vaccin contre coronavirus va prendre un peu de retard

Le vaccin de Pfizer-BioNTech est celui qui a été officiellement choisi par l’Union européenne pour finir avec ce virus. La production de ce vaccin à l’échelle de l’UE prendra un peu plus de temps que prévu. C’est ce que déclare le président du groupe.

Jusqu’au mois de février, la quantité de vaccin qui doit être livrée par semaine ne sera pas respectée

En raison des modifications observées au niveau de la chaîne de production, les autorités de Pfizer-BioNTech se retrouvent dans l’obligation de ralentir la production. En effet, le budget de production de base était prévu pour une production de 1,3 milliard de doses pour cette année. Pour relever le défi de l’EU certaines modifications ont dus être apportées à ce projet. De 1,3 milliard, on passe à 4 milliards de doses au cours de cette année 2021.
Compte tenu de cela, les autorités doivent attendre l’approbation des structures sanitaires face au différent ajustement fait au projet. Après cela, Pfizer/BioNTech pourra assurer le contrat fait l’UE. Beaucoup d’autres difficultés sont à la base de cette situation. Les industries ont augmenté leurs produits de flacons, de seringue, de produits nettoyants et autres nécessaires à la vaccination. Toutes ces industries dépassent leurs limites de production pour pouvoir sauver plus de vie.

Comment les Etats réagissent-ils face à cette nouvelle

Le vaccin de Pfizer-BioNTech n’est pas le seul vaccin déclaré efficace contre le Covid19. D’autres laboratoires ont aussi obtenu des vaccins plus au moins efficaces à environ 90 voire 95 %. Ce retard a créé beaucoup d’incertitudes au niveau des Etats membres qui demandent plus d’implication de la part de l’entreprise. Ursula Von der Leyen en tant que président de la commission rassure chaque pays du sérieux de Pfizer-BioNTech face à la situation.
Les Etats se retrouvent obligés de prendre dans les réserves de premières livraisons pour combler le vide. Les autres pharmacies espèrent obtenir des contrats notamment avec le Royaume-Uni pour la livraison de leur vaccin. Le second vaccin autorisé par les pays membres est le vaccin Moderna. Ce dernier a déjà été livré dans l’ensemble des pays. Cela permet de rattraper un peu plus vite le retard enregistré avec BioNTech.