Divers

France : Des soldes timides

Les soldes d’hivers en France ont été lancées ce mercredi 20 Janvier 2020 et finiront le 20 Février
prochain. Mais dès leurs ouvertures, le constat est qu’il y a moins d’affluences contrairement aux
années antérieures. Découvrons ce qui fait l’objet de cette situation.

Soldes d’hiver sans affluence

Gestes barrières, couvre-feu, distanciation sociale… Voilà tant de paramètres qui vont définir
l’engouement des Français pour les soldes de cette année. Les magasins ouvrent dans un contexte
sanitaire marqué par la pandémie du Coronavirus. L’heure est donc à la méfiance et au respect
strict des mesures indiquées par le gouvernement. Néanmoins, les commerçants restent
optimistes. Dans les marchés de Bordeaux par exemple, ce n’est pas l’affluence des grands jours
malgré les nouveaux arrivages et les dispositifs de lavage des mains et les gels hydoalcooliques
disposés un peu partout surtout à l’entrée du marché. Si la clientèle n’est pas au rendez-vous, le
chiffres d’affaire des commerçant va subir un coup cette saison. Comparativement aux saisons
passées, l’affluence a baissé de plus de la moitié des habitués du marché des soldes.

Le couvre-feu : un obstacle aux soldes

Si l’affluence pour les soldes laisse à désirer cette année, ceci ne dépend pas forcément de la
volonté des français mais plutôt des mesures instaurées par le gouvernement dont la plus grande
est le couvre-feu qui oblige les citoyens à rester chez eux à partir d’une certaine heure afin de
réduire le taux de contamination qui ne cesse de grimper ces derniers jours. Ceci est à la base
d’une psychose générale qui oblige les uns et les autres à la prudence.

Les commerçants dans le dilemme

Cette année les sondages affichent que près de 73℅ des français ambitionnent profiter des soldes
contre 80℅ la saison dernière. Le hic se trouve aussi au niveau de ce que les français sont prêts à
débourser pour effectuer leurs achats. A cause du contexte sanitaire, les commerçants ont dû
revoir à la baisse le prix des articles quitte à attendre que les acheteurs se manifestent.